Cercle Genevois de Prévention     

Accueil                 dernière mise à jour : 19.01.2015 11:36                                                                                                                                                             

 

 

Présentation

Boutique

Entreprise

Lois

Découvertes

Littérature

Conseils

 

 

 

 

TRAVAIL ET CHALEUR

 

horizontal rule

Liste de contrôle

 

Chaleur      Ozone      Autres sites   

 

 

 

 

 

Chaleur et soleil  (texte tiré du site www.suva.ch)

Que se passe-t-il dans notre organisme en cas de sudation extrême ?

Chez l’homme, divers mécanismes de régulation maintiennent la température corporelle normale dans une plage de température très étroite. Lorsque la température ambiante s’élève, le travail physique combiné à la chaleur énergétique produite peut notamment entraîner une augmentation de la température du corps. Pour éviter un trop forte élévation, la circulation s’adapte afin de transporter la chaleur vers la surface du corps, où elle est absorbée par l’environnement. Lorsque la température ambiante est élevée et que l’on effectue des travaux, la transpiration a un rôle essentiel dans le maintien de la température corporelle ordinaire, l’évaporation de la sueur aidant à évacuer la chaleur. Lors d’un travail physique, on peut ainsi évacuer plusieurs litres de liquide en une seule journée.

L’acclimatation du corps à des températures ambiantes élevées prend entre 7 et 14 jours. La concentration de sel contenue dans la sueur diminue, et la quantité de sueur augmente. La circulation s’adapte aux conditions climatiques. L’irrigation de la surface du corps devient plus importante, et les vaisseaux cutanés s’agrandissent. L’évacuation de la chaleur s’améliore.

Lorsque la température ambiante dépasse 30°, le travail peut devenir insupportable. Quels sont les dangers pour la santé ?

Lorsqu’il fait très chaud, le travail physique constitue une sollicitation complémentaire pour l’organisme et surtout pour la circulation. Les performances physiques et intellectuelles diminuent, et notre bien-être est fortement compromis. La transpiration, qui pourtant aide à évacuer la chaleur corporelle, est perçue comme désagréable. Chez les personnes en bonne santé, notamment si elles sont acclimatées à la chaleur, les problèmes de santé sont cependant rares.

Certaines conditions peuvent favoriser l’apparition d’affections dues à la chaleur. Certaines personnes supportent mal la chaleur. On parle alors d’une intolérance à la chaleur. Les personnes plus âgées s’adaptent moins facilement aux grandes fluctuations de température. Les personnes atteintes de maladies spécifiques, p. ex. du cœur, du système circulatoire, du foie, des reins ou du métabolisme, peuvent parfois présenter une intolérance accrue à la chaleur. Les maladies infectieuses aiguës, l’absorption de drogues et d’alcool et le manque de sommeil favorisent l’apparition de maladies dues à la chaleur.

Les vêtements qui gênent ou empêchent les échanges thermiques et l’évacuation par la sudation représentent également un facteur de risque sur le plan des maladies dues à la chaleur.

Que peut-il arriver dans le pire des cas ?

Les températures ambiantes élevées peuvent occasionner des crampes de chaleur, un épuisement dû à la chaleur ou, dans le pire des cas, un coup de chaleur.

Les crampes de chaleur sont engendrées par la perte de sel et de liquide. Elles se traduisent par des douleurs musculaires ressemblant à des crampes.

Les symptômes d’épuisement sont la sensation de faiblesse, d’oppression, des vertiges, des maux de tête, la perte d’appétit, des nausées et une grande soif. Lorsqu’on doit rester en position debout durant une période prolongée, la chaleur peut aussi provoquer une brève perte de connaissance.

Quant au coup de chaleur, il provoque une augmentation de la température corporelle et la défaillance des mécanismes de régulation du corps. Il concerne surtout les personnes âgées et les personnes souffrant déjà d’une affection. Il peut toutefois se manifester également chez des personnes jeunes et en bonne santé à la suite d’une sollicitation corporelle intense.

Sur les chantiers, en été, on voit plus souvent des torses nus que des vêtements de protection. Les températures élevées provoquent-elles plus d’accidents du travail que les températures clémentes ?

Étant donné que les performances physiques et mentales diminuent à mesure que la température ambiante augmente, la chaleur peut, tout comme la fatigue, constituer un risque d’accident. Il convient par conséquent de prendre des mesures sur le plan de l’organisation:

bulletdans la mesure du possible, il faut exécuter les travaux contraignants le matin,
bulletil est essentiel de porter des vêtements légers qui n’entravent pas l’évaporation de la sueur,
bulletil faut régulièrement boire de l’eau afin de compenser les pertes de liquide occasionnées par la sudation,
bulletil est indispensable de prévoir des pauses régulières, si possible à l’ombre,
bulletlorsqu’on est exposé au soleil, il faut impérativement se protéger la tête,
bulleten raison du danger d’accident, l’obligation de porter le casque est également valable les jours de grande chaleur à certains postes de travail.

Pour quelle raison le rayonnement direct du soleil sur la peau est-il dangereux ?

L’exposition à la lumière du soleil (rayons infrarouges) peut entraîner un coup de soleil. Certaines maladies de la peau peuvent être engendrées ou renforcées par la lumière solaire. A longue échéance, l’exposition au soleil accélère le vieillissement de la peau et accroît le risque de contracter certains cancers de la peau.

Le rythme de travail, la concentration et les performances baissent à mesure que la température augmente. Quel conseil pouvez-vous donner aux personnes qui doivent néanmoins poursuivre une activité?  

bulletBuvez suffisamment de liquide, plusieurs litres par jour lorsque vous faites un travail moyennement à très éprouvant par exemple. Évitez absolument de boire de l’alcool.
bulletPortez des vêtements légers.
bulletProtégez-vous la tête en cas d’exposition directe au soleil.
bulletExécutez les travaux physiques pénibles tôt le matin.
bulletPrévoyez des pauses régulières, si possible à l’ombre, et désaltérez-vous, de préférence avec de l’eau.
bulletAppliquez une protection solaire avec un indice approprié.
bulletPortez des lunettes de soleil.
bulletMangez léger.

Aérez les locaux le matin. Baissez ensuite les stores et fermez les fenêtres côté soleil. Laissez ouvertes les portes donnant sur les corridors et les autres locaux. Installez des ventilateurs ou des appareils à air conditionné dans les bureaux très chauds.

Les employés «climatisés» se plaignent souvent de refroidissements en plein été. Les appareils de climatisation sont-ils vraiment utiles dans nos régions ?  

Avec un système de climatisation, on évite que les personnes ne soient inutilement exposées à une chaleur pénible. Les performances physiques et mentales sont meilleures lorsque la température ambiante est agréable. Ce n’est pas le système de climatisation qui pose des problèmes, mais sa mauvaise utilisation: passage rapide et fréquent des personnes d’un environnement climatisé à un environnement non climatisé, températures trop faibles, courants d’air, etc. Une bonne conception, un réglage adéquat et surtout une maintenance régulière du système sont indispensables si l’on veut vraiment tirer profit d’un système de climatisation.

Y a-t-il lieu de prévoir des «congés pour cause de chaleur» dans certaines professions lorsque la température dépasse 30°?

Dans de nombreux pays méridionaux, la température ambiante dépasse 30° durant une grande partie de l’année. A ces températures élevées, il faut encore ajouter une humidité de l’air importante. Les personnes vivant dans ces pays se sont acclimatées. Quand nous nous rendons dans ces pays, notre acclimatation prend une à deux semaines. Les personnes vivant en permanence dans les pays chauds ont adapté leur style de vie et de travail à la chaleur. Elles exécutent les travaux pénibles tôt le matin ou en soirée. Les heures de midi sont réservées au repos. Comme  on peut le constater, il est possible de réduire grandement les nuisances engendrées par la chaleur par des mesures appropriées.

L’ozone

Qu’est-ce que l’ozone ?

L’ozone est un gaz que l’on trouve en faibles concentrations dans l’atmosphère. Contrairement à «l’oxygène respirable», qui contient deux atomes d’oxygène, l’ozone en contient trois. Il se constitue à partir de l’exposition au rayonnement du soleil d’oxydes d’azote et d’hydrocarbures. C’est pourquoi en été, par beau temps, on peut mesurer des concentrations d’ozone plus importantes que lorsque le ciel est couvert. La courbe journalière des concentrations d’ozone indique des valeurs minimales le matin, une augmentation en fin de matinée et en début d’après-midi et des valeurs maximales en fin d’après-midi, en règle générale entre 16 heures et 18 heures. Alors que, dans les  agglomérations, l’ozone est éliminé assez rapidement avec les réactions occasionnées par les émissions du trafic et de l’industrie, des concentrations plus importantes se maintiennent beaucoup plus longtemps dans les régions campagnardes.

Quels sont les effets de l’ozone sur l’homme ?

L’ozone est un gaz irritant qui agit sur les conjonctives et les muqueuses des voies respiratoires supérieures et inférieures. Ses effets sont surtout fonction de trois facteurs: concentration, durée d’exposition et étendue de l’activité physique, étant donné que la respiration est plus fortement sollicitée au cours du travail. Par ailleurs, la tolérance à l’ozone diffère d’une personne à l’autre.

Quels sont les dangers encourus pour la santé ?

Les personnes réagissant de manière très aiguë à l’ozone peuvent montrer des symptômes tels que yeux rouges ou brûlures des yeux, irritations du nez et de la gorge, envie de tousser ou sentiment de ne pas pouvoir respirer librement dès que la valeur limite de 120 microng/m3, fixée par l’Ordonnance sur la protection de l’air, est légèrement dépassée. Les performances physiques peuvent également être limitées. Les personnes moins sensibles ne réagissent en règle générale qu’à partir de concentrations de 200 à 300 microng/m3.

Quelles sont les personnes les plus vulnérables ?

L’ozone peut entraîner une augmentation des ennuis de santé chez les personnes souffrant d’asthme et d’une affection chronique des bronches. En général, les enfants en bas âge sont  aussi plus vulnérables que les adultes.

Quelles sont les mesures à envisager ?

Pour les procédés industriels dégageant localement de l’ozone, il faut s’assurer par des mesures techniques que la valeur limite de 200 microng/m3 (concentrations maximales admissibles au poste de travail, valeur VME) soit respectée. En plein air, les hautes concentrations d’ozone sont une réalité avec laquelle nous devons vivre. Il s’agit dès lors de les éviter autant que possible en fonction de l’heure et du lieu. A cet effet, il est utile de savoir que les concentrations d’ozone en plein air sont surtout fonction de la saison, de l’heure et de la région. Les personnes les plus exposées sont celles qui exécutent un travail physiquement pénible en plein air, étant donné que leur respiration est plus intense. Sont particulièrement concernées les personnes travaillant sur les chantiers, les rails, dans l’agriculture, la sylviculture ou les personnes chargées de la manutention de marchandises en plein air.

Quelles sont les recommandations en matière de travail en plein air ?

Lors du travail en plein air, il faut éviter autant que possible les hautes concentrations d’ozone en tenant compte de l’heure et du lieu:

bulletLes concentrations d’ozone par beau temps, en été, sont maximales l’après-midi. C’est pourquoi il faut, dans la mesure du possible, exécuter les travaux physiques pénibles très tôt le matin.
bulletDans une entreprise, les travailleurs peuvent éviter de se trouver dans un environnement avec de hautes concentrations d’ozone lorsqu’ils doivent exécuter des travaux à l’extérieur, c’est-à-dire en plein air, et à l’intérieur de l’entreprise. Dans ce cas, il convient d’exécuter les travaux en plein air le matin et les travaux à l’intérieur l’après-midi, lorsque les concentrations d’ozone sont plus élevées.

Quelles sont les recommandations complémentaires lorsqu’il fait très chaud et que le rayonnement du soleil est important ?

Voir «Chaleur et soleil».

Quelles sont les recommandations en matière de loisirs les jours de fortes concentrations d’ozone?

Des recommandations spécifiques ont été publiées par la Société suisse de pneumologie et l’OFEFP. En cas de dépassement de la valeur 120 microng/m3, fixée par l’Ordonnance sur la protection de l’air, on peut raisonnablement pratiquer une activité sportive ordinaire en plein air. Il faut en revanche éviter les sports d’endurance ou les travaux physiques pénibles, comme certains travaux de jardinage, l’après-midi (où les concentrations d’ozone sont importantes) et préférer le matin ou le soir. Lorsqu’un travail physique ordinaire exécuté durant les jours de forte concentration d’ozone donne déjà lieu à des malaises, il faut prendre conseil auprès d’un médecin, qui déterminera s’il y a lieu de prendre des précautions particulières.

 

Autres sites

Les coups de chaleur d'exercice                Halte aux coups de chaleur

  Le stress dû à la chaleur                                  

  Température et humidité relative

Conception et réalisation : roger parvex